averse


averse

averse [ avɛrs ] n. f.
• 1688 averse d'eau; de pleuvoir à la verse (1642) verse
Pluie soudaine et abondante. grain, ondée; fam. douche, sauce, saucée; région. drache. Essuyer, recevoir une averse. Averse orageuse. Averse de printemps. giboulée. « Mars qui rit, malgré les averses, Prépare en secret le printemps » (Gautier). Loc. fam. De la dernière averse : tout récent, tout récemment (cf. De la dernière pluie). « Les stars nées de la dernière averse » (F. Mauriac).
Par anal. Une averse de coups.

averse nom féminin (de à verse) Pluie subite, abondante et généralement de courte durée. Littéraire. Grande quantité de choses qui s'abat sur quelqu'un, flot : Une averse d'injures.averse (expressions) nom féminin (de à verse) Averse météorique, arrivée dans l'atmosphère de nombreux météoroïdes, donnant l'impression d'une pluie d'étoiles. (Ce phénomène se produit quand la Terre traverse un essaim de météoroïdes.) ● averse (synonymes) nom féminin (de à verse) Pluie subite, abondante et généralement de courte durée.
Synonymes :
- ondée
- saucée (populaire)
Littéraire. Grande quantité de choses qui s'abat sur quelqu'un, flot
Synonymes :
- déluge
Averse météorique
Synonymes :
- pluie d'étoiles filantes

averse
n. f. Pluie soudaine et abondante de courte durée.
|| Fig. Grande quantité de. Une averse d'insultes.

⇒AVERSE, subst. fém.
A.— MÉTÉOR. Précipitation subite, souvent de courte durée mais tombant avec abondance, sous forme de pluie, de grêle ou de neige. Averse brusque, forte, violente :
1. Le temps se fit beau tout à coup, entre deux averses.
MICHELET, Journal, 1856, p. 314.
2. Le ciel s'était assombri. Une violente averse de pluie et de grêle se mit à tomber, et le tonnerre gronda au loin.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Révolte, 1907, p. 583.
SYNT. Sous l'averse; essuyer une averse; une averse s'abat, crève, survient.
Rem. Ac. 1798-1878, GUÉRIN 1892 signalent ce mot comme familier.
P. ext. Ensemble de gouttes d'un liquide quelconque, tombant en grande quantité :
3. ... je te montrerai la jolie petite veuve que je dois épouser, (...) elle pleure des averses à la lecture de Goethe, ...
BALZAC, La Peau de chagrin, 1831, p. 140.
P. anal. Ce qui tombe de haut en bas, à la manière d'une précipitation :
4. Le soleil pâle semblait une grande lampe d'argent, dont les rayons pleuvaient dans la Durance en une averse de clartés.
ZOLA, Nouveaux contes à Ninon, 1874, p. 229.
5. ... les hommes, de place en place, prenaient et jetaient en l'air le grain, (...) Et le blé retombait en pluie lourde, en averse qui sonnait sur le sol et, peu à peu, aux pieds de chaque homme, s'amoncelait.
PESQUIDOUX, Le Livre de raison, 1925, p. 52.
B.— Au fig. Ce qui est fourni, répandu en abondance; grande quantité :
6. C'est ainsi que, là-bas, on vit de chiens à loups,
Et qu'il pleut jour et nuit des averses de coups.
A. POMMIER, Les Russes, 1854, p. 26.
C.— Arg., lang. fam.
1. Ensemble de paroles déplacées, voire méchantes :
7. Il [Bosy] passa contre moi, comme sans me reconnaître, se campa en face de Wilde, et, d'une voix sifflante, méprisante, haineuse, lança d'une haleine quelques phrases dont je ne compris pas un mot; puis brusquement tourna les talons et sortit. Wilde avait essuyé l'averse sans rien répondre; mais il était devenu très pâle, ...
GIDE, Si le grain ne meurt, 1924, p. 586.
2. ,,Mauvaise aventure`` (Ch.-L. CARABELLI, [Lang. pop.]); ennui :
8. — Quelle surprise pour les autres qui croyaient le surprendre! Ah! Ah! Ah! Quelle mine ils ont dû faire en recevant cette averse! (...) — Oui, ça devait les étonner tout de même; ils ne s'attendaient pas à cette débâcle!
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 1, 1870, p. 471.
3. [P. anal. avec de la dernière pluie] De la dernière averse. Tout récent, tout frais :
9. Aujourd'hui, les filets de l'actualité ne parviennent pas à retenir dans leurs mailles toutes les stars nées de la dernière averse, et le garçon qu'elles ont quitté, et celui qu'elles épouseront demain...
MAURIAC, Le Nouveau Bloc-notes, 1961, p. 256.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — Av. 1688 (LA QUINTINIE, Instruction pour les jardins, Explication des termes du jardinage ds Dict. hist. Ac. fr. t. 4, p. 684 : Averse d'eau se dit d'une grande quantité d'eau de pluie survenue tout d'un coup par quelque orage).
De la loc. pleuvoir à la verse, puis pleuvoir à verse (verse).
STAT. — Fréq. abs. littér. :650. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 139, b) 1 047; XXe s. : a) 1 738, b) 1 038.
BBG. — BAULIG 1956. — CHASS. 1970. — DELC. t. 1 1926. — Forest. 1946. — GEORGE 1970. — GOUG. Mots t. 1 1962, p. 51. — Métrol. 1969. — RIGAUD (A.). De la pluie et du mauvais temps. Vie Lang. 1965, pp. 177-178.

averse [avɛʀs(ə)] n. f.
ÉTYM. 1688, averse d'eau; de pleuvoir à la verse (1642). → Verse.
1 Pluie soudaine et abondante. Douche (fam.), grain, ondée, sauce (fam.), saucée (fam.). || Essuyer, recevoir une averse. || Averse passagère (cit. 3). || Averse orageuse. || Rester sous l'averse. || Averse de printemps. Avrillée (régional), giboulée. || Une forte averse. Allevasse (régional).
1 Il survint de si fréquentes et de si grandes averses (d'eau), que tout le jardin paraissait être devenu un étang.
La Quintinie, Instructions pour les jardins fruitiers, II, 111, 6.
2 Tandis qu'à leurs œuvres perverses
Les hommes courent, haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.
Th. Gautier, Émaux et Camées, « Premier Sourire du printemps ».
3 Il pleut. J'entends le bruit égal des eaux;
Le feuillage, humble et que nul vent ne berce,
Se penche et brille en pleurant sous l'averse (…)
Sully Prudhomme, Stances, « Pluie ».
3.1 En entendant ces mots, M. Grandet s'asseyait près du lit et agissait comme un homme qui, voyant venir une averse, se met tranquillement à l'abri sous une porte cochère. Il écoutait silencieusement sa femme, et ne disait rien.
Balzac, Eugénie Grandet, éd. 1838, p. 305.
4 La pluie, toujours la pluie ! La plaine et les villages, autour de la colline, se recueillent sous les longues averses qui flattent leur verdure.
M. Barrès, la Colline inspirée, p. 217.
5 Le ciel était comme une harpe, où se tendaient les fils d'argent de l'averse, de haut en bas.
Francis Jammes, le Roman du lièvre, I.
6 Et parfois le vent imitait dans les frondaisons le bruit d'une averse.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, I, 4.
7 Mais cette brève et violente averse, loin de rafraîchir l'atmosphère, avait laissé dans les rues une buée d'étuve.
Martin du Gard, les Thibault, VII, 49.
Par compar. et fig. Eau qui coule en abondance.
7.1 (…) les robinets des angles coulaient à la fois, à grande eau. C'était un bruit d'averse, un ruissellement de jets roides qui sonnaient et rejaillissaient (…)
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 158.
Techn. (météor.). Précipitation isolée et abondante. || Une averse de grêle, de neige.
2 Par métaphore ou fig. || Une averse de…
8 Une averse de soleil tombait sur ce désert blanc, éclatant et glacé, l'allumait d'une flamme aveuglante et froide.
Maupassant, l'Auberge, Pl., t. II, p. 785.
Grande quantité (de ce qui est déversé). Pluie; avalanche, déluge, multitude. || Une averse de discours. || Une averse de larmes. || Une averse de coups, d'insultes. || Une averse de gifles (→ 1. Mornifle, cit. 2, Verlaine).
9 (…) la singulière aptitude qu'avait cet étrange garçon à répandre des averses de larmes allait chaque jour en augmentant.
Alphonse Daudet, le Petit Chose, p. 8.
3 Loc. fam. (fig. de 1.). De la dernière averse : de la dernière pluie; tout récent.
10 Aujourd'hui, les filets de l'actualité ne parviennent pas à retenir dans leurs mailles toutes les stars nées de la dernière averse, et le garçon qu'elles ont quitté, et celui qu'elles épouseront demain (…)
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 256.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Averse — A*verse , a. [L. aversus, p. p. of avertere. See {Avert}.] 1. Turned away or backward. [Obs.] [1913 Webster] The tracks averse a lying notice gave, And led the searcher backward from the cave. Dryden. [1913 Webster] 2. Having a repugnance or… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • averse to — having a clear dislike of (something) : strongly opposed to (something) He seems to be averse to exercise. No one is more averse to borrowing money than he is. often used in negative statements She is not averse to taking chances. [=she is willi …   Useful english dictionary

  • averse — averse·ly; averse·ness; averse; …   English syllables

  • averse — ► ADJECTIVE (averse to) ▪ strongly disliking or opposed to. USAGE On the confusion of averse and adverse, see ADVERSE(Cf. ↑adversely). ORIGIN from Latin avertere (see AVERT(Cf. ↑ …   English terms dictionary

  • averse — AVERSE. sub. fém. Pluie subite et abondante. Nous essuyâmes unc averse. Il est familier. ⁶erse. Voy. Verse …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Averse — A*verse , v. t. & i. To turn away. [Obs.] B. Jonson. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • averse — I adjective adverse, alienus, antagonistic, antipathetic, aversus, disinclined, disliking, hostile, indisposed, inimical, loath, opposed, reluctant, repelled, repugnant, revolted, undesirous, unfavorable, unwilling II index antipathetic …   Law dictionary

  • averse — (adj.) mid 15c., turned away in mind or feeling, from O.Fr. avers and directly from L. aversus turned away, turned back, pp. of avertere (see AVERT (Cf. avert)). Originally and usually in English in the mental sense, while avert is used in a… …   Etymology dictionary

  • averse — 1 *disinclined, indisposed, loath, reluctant, hesitant Analogous words: recoiling, shrinking, flinching, quailing (see RECOIL vb): uncongenial, unsympathetic (see INCONSONANT): balky, *contrary, perverse Antonyms: avid (of or for): athirst (for) …   New Dictionary of Synonyms

  • averse — [adj] opposing afraid, allergic, antagonistic, antipathetic, contrary, disinclined, disliking, having no use for*, hesitant, hostile, ill disposed, indisposed, inimical, loath, nasty, perverse, reluctant, uneager, unfavorable, unfriendly,… …   New thesaurus